JosephSmithSr.
So shall it be with my father: he shall be
called a prince over his posterity, holding
the keys of the patriarchal priesthood over the kingdom of God on earth, even the Church
of the Latter Day Saints, and he shall sit in the general assembly of patriarchs, even in
council with the Ancient of Days when he shall sit and all the patriarchs with him and shall
enjoy his right and authority under the direction of the Ancient of Days.
First Name:  Last Name: 
[Advanced Search]  [Surnames]

PROVENCE, Count Alfonso II

Male Abt 1174 - 1209  (35 years)  Submit Photo / DocumentSubmit Photo / Document


 Set As Default Person    

Personal Information    |    Media    |    Notes    |    All    |    PDF

  • Name PROVENCE, Alfonso 
    Prefix Count 
    Suffix II 
    Birth Abt 1174  Barcelona, Catalonia, Spain Find all individuals with events at this location 
    Gender Male 
    _TAG Reviewed on FS 
    Death Feb 1209  Palermo, Sicily, Italy Find all individuals with events at this location 
    Headstones Submit Headstone Photo Submit Headstone Photo 
    Person ID I46127  Joseph Smith Sr and Lucy Mack Smith
    Last Modified 19 Aug 2021 

    Father ARAGON, King Alfonsez II ,   b. 25 Mar 1157, Valle, Aragon, Spain Find all individuals with events at this locationValle, Aragon, Spaind. 25 Apr 1196, Perpignan, Pyrennes, France Find all individuals with events at this location (Age 39 years) 
    Mother ARAGON, Queen Sancha ,   b. 14 Sep 1154, Burgos, Provincia de Burgos, Castilla y León, Spain Find all individuals with events at this locationBurgos, Provincia de Burgos, Castilla y León, Spaind. 9 Nov 1208, Jaén, Andalusia, Spain Find all individuals with events at this location (Age 54 years) 
    Marriage 18 Jan 1174  Zaragoza, Saragossa, Aragon, Spain Find all individuals with events at this location 
    Notes 
    • ~SEALING_SPOUSE: Also shown as SealSp 11 Oct 1991, JRIVE.
    Family ID F16118  Group Sheet  |  Family Chart

    Family SABRAN, Countess Gersinde de ,   b. 1181, Basses, Vienne, Poitou-Charentes, France Find all individuals with events at this locationBasses, Vienne, Poitou-Charentes, Franced. Abt 1242, Labbaye De La Celle, France Find all individuals with events at this location (Age 61 years) 
    Marriage Jul 1193  Aragon, Spain Find all individuals with events at this location 
    Children 1 son and 1 daughter 
    Family ID F24077  Group Sheet  |  Family Chart
    Last Modified 24 Jan 2022 

  • Photos At least one living or private individual is linked to this item - Details withheld.

  • Notes 
    • BIO: from http://fmg.ac/Projects/MedLands/PROVENCE.htm#AlfonsoIIdied1209A as of 6/1/2016
      Infante don ALFONSO BERENGUER de Aragón ([1180]-Palermo Feb 1209). The "Corónicas" Navarras name "al yfant don Pedro, rey d'Aragón, et al marqués de Provença don Alfonso, et a don Ferrando, abbat de Mont aragón, et una filla que casaron en Ongría" as the children of "el rey don Alfonso d'Aragón" and his wife. The Gestis Comitum Barcinonensium names "Petrus…Alfonsus" as the oldest two of the three sons of "Ildefonsi", specifying that Alfonso succeeded his father in "Ducatum Provinciæ". The Crónica de San Juan de la Peña names "Pedro…Alfonso…y Fernando" as the three sons of King Alfonso II. "Ildefonsus…comes et marchio Provincie filius Ildefonsi…quondam Regis Aragonie, comitis Barchinonie et marchionis Provincie" made donations to the church of Aix dated May 1199. He succeeded his father in 1195 as ALPHONSE II Comte de Provence, Millau & Razès.

      (Aix-en-Provence July 1193) GERSENDE de Sabran Ctss de Forcalquier, daughter of RAINON de Sabran Seigneur du Caylar et d’Ansouis & his wife Gersende Ctss de Forcalquier [Barcelona-Urgel]. The Chronicle of Alberic de Trois-Fontaines refers to the wife of "Sanctio [frater rege Petro de Arragonum" [presumably an error for "Alfonso"] as "neptem…comitis de Forcalcarie". Rodrigo of Toledo´s De rebus Hispaniæ records that "Aldefonso" married "neptem comitis Folocalquerii"[425]. A Brevis historia comitum Provinciæ records that "Idelfonsus...comes Provinciæ" married "Gersendem neptem comitis Folocalqu. This marriage reunited two of the rival branches of the family of the earlier comtes de Provence, extinct in the male line in the late 11th century. “Garsendis uxor quondam Ildefonsi comitis Provinciæ” donated her rights “in comitatu Forcalqueriensi”, granted by “Guillelmo quondam comite Forcalqueriensi avo meo”, to “Raymundo Berengario filio meo” with “filiæ meæ sororis tuæ Garsendis” as substitute should he die, with the consent of “patre meo Raines de Castelar”, by charter dated 30 November 1209. Nun at Celle 1222.

      Alphonse II & his wife had two children: RAYMOND BERENGER de Provence ([1198]-Aix 19 Aug 1245, bur Aix-en-Provence, église de Saint Jean de Jérusalem). He succeeded his father in 1209 as RAIMOND BERENGER IV Comte de Provence.
      b) GERSENDE de Provence. m GUILLAUME [II] Vicomte de Béarn et d’Oloron, son of GUILLAUME [I] Vicomte de Béarn [Moncada] & his wife Guilleuma de Castellvell ([1185]-1229).
      from Wikipedia listing for Alfonso II, Count of Provence as of 6/1/2016
      Alfonso II (1174 – 1 December 1209) was the second son of Alfonso II of Aragon and Sancha of Castile. His father transferred the County of Provence from his uncle Sancho to him in 1185. Alfonso II was born in Barcelona.
      In 1193, Alfonso married Gersenda II of Sabran, daughter of Rainou, Count of Forcalquier and Gersend of Forcalquier. They had a child who became Ramon Berenguer IV as count of Provence.

      According to explanations in the manuscripts of Gaucelm Faidit's poems, Alfonso was a rival of the troubadour's for the love of Jourdaine d'Embrun.

      Alfonso II died in Palermo, Sicily, Italy.

      Notes
      Biographies des troubadours ed. J. Boutière, A.-H. Schutz (Paris: Nizet, 1964) pp. 187-191.

      Pierre II d'Aragon dit le Catholique (en catalan Pere el Catòlic, en castillan Pedro el Católico), né v. 1174-1176 peut-être à Tarragone1 et mort le 14 septembre 1213 à la bataille de Muret, fut roi d'Aragon et comte de Ribagorce de 1196 à 1213 sous le nom de Pierre II, comte de Barcelone, de Gérone, de Besalú, de Pallars Jussà de 1196 à 1213 sous le nom de Pierre I de Barcelone, comte de Gévaudan de 1196 à 1213, seigneur de Montpellier et baron d'Aumelas de 1204 à 12131.

      Jeunesse

      Pierre naquit entre 1174 et 1176, selon toute vraisemblance à Huesca, dans la mesure où deux actes de son père, Alphonse II, ont été signés dans cette ville. D'ailleurs, la coutume voulait que les reines d'Aragon accouchent dans cette ville. Il fut baptisé dans cette même ville et y passa son enfance.

      Premières années

      Denier de Pierre II (1205-1213). Avers : buste du roi couronné et légende Petro Rex. Revers : Croix de procession sur une tige ornée de branches ou « chêne de Sobrarbe », et légende Aragon.
      Alphonse II mourut le 25 avril 1195 à Perpignan. Suivant le testament de son père, Pierre II n'aurait pas dû régner avant d'avoir atteint vingt ans, sa mère devant être tutrice du royaume. De plus, le testament donnait à Pierre II le royaume d'Aragon et les comtés de Barcelone, de Roussillon et de Pallars, tandis que son frère Alphonse héritait des comtés de Provence, du Gévaudan et la vicomté de Millau. En septembre 1196, Pierre II prit officiellement possession de ses États lors de la cérémonie où il jura de respecter les fueros devant les Cortes réunies à Daroca.

      Les premières années de son règne, un conflit l'opposa à sa mère. Il finit par lui accorder les châteaux d'Embid, Épila et Ariza en 1200. L'année suivante, ils se rencontrèrent à Daroca afin de mettre définitivement fin à leurs désaccords. Il dut ensuite s'assurer de la fidélité de Guerau III de Cabrera, vicomte d'Àger et de Cabrera, qui menaçait le comté d'Urgell. En 1200, il commande la compilation du Liber feudorum Ceritaniae, cartulaire qui compile ses droits en Cerdagne, dans le Roussillon et le Conflent.

      Mariage

      En juillet 1204, Pierre II épousa Marie de Montpellier, veuve de Bernard IV de Comminges et fille unique de Guillaume VIII, seigneur de Montpellier. Cependant, à cause d'une forte antipathie l'un pour l'autre, les deux époux se séparèrent rapidement. En 1206, Pierre II réclama l'annulation du mariage, afin d'épouser Marie de Montferrat, mais le pape Innocent III s'y opposa. Les Montpellierains durent recourir à un subterfuge pour aboutir à la naissance de l'infant Jacques en 1208. Ce dernier resta le seul enfant du couple. Pierre II eut d'autres enfants, mais illégitimes : Constance (1205 - 1252), mariée au sénéchal de Catalogne Guillermo Ramón II de Moncada, et Pedro de Rege, chanoine sacristain à Lérida.

      Pierre II se rendit en Italie, à la fin de l'année 1204. Il se reconnut comme vassal de la papauté et fut couronné le 11 novembre dans la basilique Saint-Pancrace par le pape Innocent III à Rome, jurant de défendre la foi catholique, ce qui est à l'origine de son surnom. Il était le premier roi d'Aragon à avoir été couronné des mains du souverain pontife. Cette reconnaissance de la suzeraineté pontificale ne semble pas avoir été appréciée par tous en Aragon[réf. nécessaire].

      Il mena une politique monétaire hasardeuse, afin de financer ses guerres, et baissa la valeur de la monnaie. Il concéda à la ville de Montpellier le privilège de nommer ses propres magistrats.

      Politique espagnole

      Représentation de Pierre II sur le rouleau généalogique du monastère de Poblet (1400).
      Pierre II poursuivit l'œuvre d'expansion de ses domaines vers le sud, en luttant contre les musulmans. Il repoussa la frontière au sud de l'Aragon et s'empara de plusieurs villes, comme Mora de Rubielos (1198), Manzanera (1202), Rubielos de Mora (1203), Camarena (1205). En 1201, il fonda l'ordre militaire des chevaliers de Saint-Georges d'Alfama et le possessionna dans la région de Tortosa, afin qu'ils protègent les côtes catalanes des pirates musulmans et l'aident dans ses nouvelles conquêtes. En 1210, il mena la guerre contre le royaume de Valence et s'empara d'El Cuervo, Castielfabib et Ademuz, au nord du royaume.

      Pierre II réaffirma également son alliance avec la Castille. Les deux rois d'Aragon et de Castille, Pierre II et Alphonse VIII, se rencontrèrent en 1204 à Campillo, près de Tarazona : la frontière entre les deux royaumes fut définitivement fixée en ce lieu. Pierre II apporta une aide matérielle à Alphonse VIII lors de ses campagnes contre la Navarre et contre les musulmans. Il participa, aux côtés des rois de Castille et de Navarre à la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212, au cours de laquelle les Almohades subirent une défaite sévère.

      Politique française

      Carte du royaume d'Aragon et de ses vassaux sous le règne de Pierre II.

      La bataille de Muret d'après une enluminure du xive siècle (Grandes Chroniques de France, BNF, Ms français 2813, fol. 252v.).
      Le royaume d'Aragon était fortement implanté dans le Midi du royaume de France : le roi aragonais est l'héritier de la politique comtale barcelonaise qui, depuis le milieu du xie siècle, s'était étendu au-delà des Pyrénées, contre les ambitions des comtes de Toulouse. Les rois d'Aragon étaient comtes de Carcassonne et du Razès en titre, même si leurs vassaux, les vicomtes Trencavel, prêtaient hommage alternativement aux comtes de Toulouse et aux rois d'Aragon afin de préserver leur indépendance. Plusieurs autres seigneurs reconnaissaient la suzeraineté du roi d'Aragon, tels que le comte de Comminges, le comte de Bigorre et le vicomte de Béarn. Les autres territoires au nord des Pyrénées, les comtés de Provence, du Gévaudan et de Millau avaient été cédés à son frère Alphonse.

      Pierre II était proche de la culture provençale. Sous son règne, les influences provençales pénétrèrent la cour aragonaise. Pierre II lui-même se forgea l'image d'un chevalier idéal « de haute stature et d'allure altière ». Il reçut à la cour les troubadours Raimon de Miraval, Guiraut de Calanso et Guy d'Uzès.

      Le roi d'Aragon fut d'abord amené à s'intéresser aux affaires de Provence, à la suite du conflit qui opposait son frère au comte de Forcalquier, Guillaume IV. Il développa ensuite une politique matrimoniale intense. En 1200, sa sœur, Éléonore, épousa Raimond, héritier du comte de Toulouse et les deux frères conclurent un traité d'amitié avec lui. En 1204, Pierre II épousa Marie de Montpellier, héritière de tous les domaines de son père. Il renforça son emprise sur Raimond-Roger Trencavel, vicomte de Béziers et de Carcassonne, et obtint de lui l'hommage. La même année, il força son frère et le comte de Forcalquier à faire la paix.

      La situation et les rapports de force furent bouleversés en 1208 par le déclenchement de la croisade albigeoise. Les croisés, menés par Simon de Montfort, s'emparèrent de Béziers et mirent le siège devant Carcassonne. Pierre II se rendit à Carcassonne afin de convaincre son vassal, Raimond-Roger, de discuter avec les croisés.

      En janvier 1211, Pierre II assista à Narbonne à une entrevue entre Simon de Montfort, Raimond VI et les légats Arnaud Amaury, évêque de Narbonne, et Raimond, évêque d'Uzès. Le but de la rencontre était de trouver un accord entre le comte de Toulouse et les croisés. Simon de Montfort proposa de marier sa fille avec l'héritier du roi d'Aragon, Jacques. Il jura fidélité à Pierre II pour le comté de Carcassonne, tandis que Jacques était envoyé auprès de lui, dans cette ville.

      Revenu en Aragon, Pierre II apporta son aide à la victoire de las Navas de Tolosa. Mais dès les premières semaines de 1213, son attention se porta à nouveau vers Toulouse. Il prit sous sa protection le comte de Toulouse, de Foix et de Comminges, qui lui prêtèrent allégeance, et se rendit avec son armée devant Muret, où Simon de Montfort et les croisés s'étaient réfugiés. Les troupes de Pierre II mirent le siège devant la ville le 10 septembre. Le 13 septembre, Pierre II périt au cours de la bataille, par l'épée d'un chevalier artésien Alain de Renty.

      Le cadavre du roi, excommunié par le pape, fut ramené par les hospitaliers à Toulouse, où il resta jusqu'en 1217. Le pape Honorius III accepta que ses restes soient mis en terre et il fut définitivement enterré dans le monastère Sainte-Marie de Sigena, près de Huesca.

      Alphonse II Bérenger, né vers 1180, mort à Palerme en février 1209, fut comte de Provence de 1196 à 1209. Il était le fils d'Alphonse II, roi d'Aragon, comte de Barcelone, de Roussillon et de Provence, et de Sancie de Castille.

      Son règne fut marqué par la lutte qui l'opposa continuellement au comte de Forcalquier, Guillaume IV, dont il avait épousé la petite-fille et héritière, Garsende de Sabran. Guillaume IV lui contestait en effet son autorité sur la Provence et la possibilité d'hériter de Forcalquier. Alphonse II bénéficia en revanche de l'aide et du soutien des membres de sa famille, en particulier son oncle, le comte de Roussillon Sanche, et son frère, le roi d'Aragon Pierre II. En 1209, la mort d'Alphonse II et de Guillaume IV mit un terme au conflit, puisque Raimond-Bérenger, fils du premier et arrière-petit-fils du second, réunit les deux comtés.

      Jeunesse[modifier | modifier le code]
      C'est en 1180 que naît le second fils d'Alphonse II, roi d'Aragon et comte de Barcelone, qui reçoit le prénom d'Alphonse Bérenger. Ses origines le rattachent aux grands lignages européens. Du côté de son père, Alphonse Bérenger appartient à la famille de Barcelone, qui a réuni la plupart des comtés catalans, ainsi que le royaume d'Aragon. Sa mère, Sancie de Castille, est la fille du puissant roi de Leon et de Castille Alphonse VII, surnommé « l'Empereur », et de Richezza de Pologne, rattachée à la famille ducale de Silésie et à la famille impériale des Hohenstauffen.

      En 1181, à la suite de l'assassinat du comte de Provence, Raimond-Bérenger III, par un proche de Raimond V, le comte de Toulouse, Alphonse II avait cédé le comté de Provence à son frère, Sanche, afin qu'il l'aide à contrôler ce territoire, convoité par Raimond V. Mais, Sanche, qui avait cherché une paix séparée avec le comte de Toulouse, est écarté du pouvoir en 1185. Alphonse II décide finalement de diviser ses possessions entre ses deux fils : il donne le royaume d'Aragon et le comté de Barcelone à son fils aîné, Pierre, tandis que le cadet, Alphonse Bérenger, reçoit les comtés de Provence et de Gévaudan. En 1193, afin de consolider la position d'Alphonse Bérenger en Provence, il organise le mariage de son fils avec Garsende de Sabran, la petite-fille et héritière du comte de Forcalquier Guillaume IV, ancien allié de Raimond V. Celui-ci est célébré en juillet 1193 à Aix-en-Provence1. Le mariage est ensuite confirmé à Tolède.

      La dévolution de la Provence à Alphonse Bérenger est confirmée par le roi d'Aragon dans son testament, fait à Perpignan en 1194. En 1195, Alphonse II fait la paix, sur la base du traité de Tarascon, avec le fils et successeur de Raimond V, Raimond VI. Lorsqu'il meurt en 1196, de retour d'un voyage à Saint-Jacques-de-Compostelle, Alphonse II laisse à Alphonse Bérenger, âgé de quinze ans, un comté en paix avec ses voisins.

      Règne

      En 1196, Alphonse Bérenger devient comte de Provence sous le nom d'Alphonse II. À cause de sa jeunesse, il est placé sous la tutelle de son oncle Sanche.

      Alphonse II doit rapidement affronter l'hostilité du comte de Forcalquier, Guillaume IV, qui récuse les précédents actes de soumission et les accords passés avec le père d'Alphonse II. Avec le soutien du seigneur des Baux, Hugues III, du comte de Toulouse, Raimond VI, du prince d'Orange, Guillaume II, et du vicomte de Marseille, Roncelin, il entame les hostilités et ravage la région d'Aix-en-Provence en 1199. Les seigneurs coalisés échouent cependant à prendre la ville.

      En 1202, Guillaume IV s'allie au dauphin du Viennois, Guigues VI de Bourgogne, et lui donne en mariage son autre petite-fille, Béatrice, dotée des comtés de Gap et d'Embrun. La guerre reprend entre Alphonse II et Guillaume IV, mais elle tourne à l'avantage du comte de Provence, qui occupe Sisteron en 1202 et oblige Guillaume IV à respecter les termes du traité. En 1203, avec l'aide de son frère Pierre II, Alphonse II impose une trêve à Guillaume IV à Aigues-Mortes3. Ils proclament ensemble une paix de Dieu protégeant les « églises, les clercs voyageant sans armes, les troupeaux et les domestiques des églises, les abbayes de moines blancs et de moines noirs, les Templiers, les Hospitaliers, les chanoines réguliers, [...] les léproseries, etc. ».

      En 1204, Alphonse II assiste à Montpellier au mariage de son frère, Pierre II, avec l'héritière des seigneurs de Montpellier, Marie. L'année suivante, alors que Pierre II est parti à Rome afin de renouveler son serment de vassalité au pape, la guerre reprend entre les comtes de Provence et de Forcalquier. Alphonse II, fait prisonnier, ne doit sa libération qu'à l'intervention de son frère.

      En 1207, Alphonse II nomme l'Anglais Gervais de Tilbury, juge mage de Provence.

      Le 2 février 1209, Alphonse II s'embarque avec des nobles aragonais, catalans et provençaux pour Palerme, afin d'accompagner sa sœur, Constance, qui a été promise au jeune roi de Sicile, Frédéric de Hohenstaufen. Veuve du roi de Hongrie Imre depuis 1204 et sans enfant, elle était retournée en Aragon, auprès de son frère Pierre II.

      Mort

      Statue d'Alphonse II (église Saint-Jean-de-Malte d'Aix-en-Provence, xiiie siècle).
      Arrivé à Palerme, Alphonse II et un grand nombre des nobles qui l'accompagnent sont victimes de maladie : le comte de Provence s'éteint au mois de février 1209. Son épouse Garsende gouverne le comté de Provence au nom de leur fils Raimond Bérenger IV. Au mois de septembre de la même année, à la suite de la mort de Guillaume IV, elle hérite du comté de Forcalquier, mettant fin aux conflits qui opposaient les comtes de Provence de la maison de Barcelone et les comtes de Forcalquier.

      Le corps d'Alphonse II est d'abord enterré dans la cathédrale de Palerme, avant d'être finalement ramené en Provence, où son tombeau est placé dans la chapelle des Hospitaliers érigée à Aix-en-Provence.

      Mariage et descendance

      En juillet 1193, Alphonse II épouse à Aix-en-Provence Garsende de Sabran, fille de Rainier de Sabran, seigneur du Caylar et d'Ansouis, et de Garsende, héritière du comté de Forcalquier. Ils ont deux enfants connus :

      Raimond Bérenger IV ou V (1198 - 1245), comte de Provence et de Forcalquier (1209 - 1245) ;
      Garsende (? - ?), mariée à Guillaume II de Moncade, vicomte de Béarn.